LA CRISE D’ÉPILEPSIE : QU’EST-CE QUE C’EST ?

Pourtant courante, la crise d’épilepsie reste un phénomène impressionnant, surtout lorsqu’on l’observe pour la première fois. Il paraît souvent difficile d’intervenir et pour dire vrai on ne sait jamais vraiment ce que l’on peut faire. Pourtant il existe des gestes simples qui peuvent limiter les conséquences de la crise. A l’inverse, d’autres sont capable d’aggraver la situation, voir de mettre en péril la vie de la victime. Faisons le point.

CRISE D’ÉPILEPSIE : QU’EST-CE QUE C’EST ?

Avez-vous déjà vu votre ordinateur « bugger » lorsque vous lui demandez trop de tâche en même temps ? Il vous faut souvent le redémarrez pour qu’il reprenne une activité normale ! Et bien pour le corps c’est un peu la même chose (même si c’est un peu imagé). Le cerveau se met en hyperactivité pour diverses raisons (hyperthermie, intoxication, traumatisme crânien, hypoglycémie, maladie épileptique…). Ce produit alors une forte décharge électrique synchrone des neurones. C’est alors que l’on peut observer une perte de connaissances ou des secousses musculaire.

On repère de manière générale 4 phases dans la crise d’épilepsie :

1. PHASE DE « COMMENCEMENT »

2. PHASE TONIQUE

La personne peut pousser un cri et perdre connaissance. Certains malades chronique reconnaissent les signes annonciateur d’une crise (sifflements dans les oreilles, troubles de la vision…) et anticipent la chute brutale lors de la perte de connaissance. Lors de cette phase, il existe un fort risque de blessures (traumatisme, plaie) lié à la chute.

Cette phase pouvant durer jusqu’à une minute se manifeste par un raidissement du corps, une révulsion des yeux, une contraction brutale des mâchoire (morsure de la langue) accompagnée d’une hyper salivation et enfin d’une apnée avec coloration de la peau (cyanose). La morsure de la langue est un signe permettant le diagnostique d’une crise d’épilepsie.

3. PHASE CLONIQUE 

4. PHASE DE RÉCUPÉRATION 

D’une durée d’une minute environ, c’et une phase de relâchement durant laquelle on peut observer une perte d’urine mais surtout les convulsions.

Elle peut durée plusieurs minutes. Une fois les convulsions terminées, le coma persiste puis la personne reprend progressivement conscience. Lors du réveil le malade ne se souvient pas du lieux dans lequel il se trouve, ni même de son prénom. Cela reviens progressivement. L’épileptique n’a aucun souvenir de la crise.

CE QU’IL NE FAUT SURTOUT PAS FAIRE !

Beaucoup de gens pensent qu’il faut mettre quelque chose dans la bouche de la victime (cuillère en bois par exemple). Certain sont même prêt à mettre leurs doigts. Ce n’est pourtant pas de bonnes idées !

UN OBJET DANS LA BOUCHE

LES DOIGTS DANS LA BOUCHE

Il faut comprendre que la contraction violente de la machoire est dût à une activité electrique importante. Les muscles sont alors hypercontractée, il devient donc difficile voir impossible d’ouvrir la bouche sans casser des dents… En mettant cet objet dans la bouche on cherche à évité que la victime avale sa langue (ou plutôt que la langue chute dans le fond de la gorge comme lorsqu’une personne est inconsciente). Hors, contrairement à une victime inconsciente, l’épileptique, en phase tonique est hypercontracté. La langue qui est un muscle n’échappe pas à la règle ! C’est pourquoi il est fréquent de voir la personne se mordre la langue.

C’est l’occasion de se les faire sectionner. La contraction est tel qu’elle produit suffisament de force pour ça. Quand on dit qu’il ne faut pas laisser ses doigts trainer n’importe où…

Y a t’il un risque de section de la langue ?

Si le risque existe, il reste faible. Comme nous l’avons vu la langue comme le reste du corps est hypercontracté et par conséquent dur. De manière générale les coupures de la langue reste superficielle, mais n’en reste pas moins douloureuse. Enfin moins qu’une section de doigts…

MAIS ALORS QUE FAIRE ?

Prendre soin de la victime, rien de plus !

  1. Amortir si possible la chute lors de la perte de connaissance,
  2. Dégagé l’espace autour de la victime afin d’éviter toutes blessures,
  3. Ne pas retenir les mouvements, au contraire laisser la personne libre de ces mouvements afin d’éviter de lui fracturer un bras ou de se prendre un coup,
  4. Il est possible de placer un coussin sous la tête de la victime pour éviter tout traumatisme,
  5. Une fois les convulsion, il s’agit de placer la victime en Position latérale de sécurite (PLS) jusqu’à la reprise complète de la conscience,
  6. Demander un avis médicale au centre 15.

BON À SAVOIR 

Il peut arriver qu’après la 3eme phase la crise recommence sans reprise de conscience. C’est ce que l’on appel un état de mal épileptique. Cette situation est grave et nécessite l’intervention de secours médicalisé. Il est possible de faire une crise d’épilepsie partielle, c’est à dire que seul une partie du corps est en crise. La victime peut alors être consciente ou non. Chez l’enfant il est possible d’observer les signes de l’épilepsie en cas de température trop élevé du corps. Un refroidissement sera alors nécessaire.

Recent Posts

Leave a Comment

Contactez nous

Une question? Un commentaire? Une demande d'information? Laissez-nous votre message!

Not readable? Change text. captcha txt